Écrit par Ron Sperling

La réflexion conceptuelle (design thinking) favorise l’engagement des élèves et les incite à utiliser la langue cible de façon authentique. Il n’y a pas de réelles qualifications requises pour concevoir quelque chose, si ce n’est de la patience, de la créativité et un état d’esprit de croissance. Dans une tâche de réflexion conceptuelle, les élèves collaborent pour développer un projet qui répond à certains critères de réussite dans le cadre de contraintes précises. L’objectif est d’améliorer quelque chose au bénéfice d’autrui. Les questions directrices commencent souvent par « Comment pourrions-nous…? ». Par exemple : « Comment pourrions-nous créer un meilleur environnement d’apprentissage pour notre classe de langue dans les limites des ressources disponibles? » Dans les classes où les élèves présentent un large éventail de capacités et de niveaux de compétence linguistique, la réflexion conceptuelle peut être un terreau fertile pour l’étayage et la différenciation de l’enseignement. Dans la classe de langue seconde, il s’agit également d’un moyen puissant de mobiliser les élèves dans la langue et les cultures cibles d’une manière créative et authentique.

Qu’est-ce que la réflexion conceptuelle?

Les défis catalysent l’innovation et stimulent la réflexion conceptuelle. La créativité et l’ingéniosité dont ont fait preuve les enseignants et les élèves en réponse à la pandémie de COVID-19 en sont un bon exemple.

La réflexion conceptuelle permet une certaine flexibilité, de sorte que les élèves peuvent orienter eux-mêmes leur parcours en commençant à n’importe quel point et en passant librement d’une étape à l’autre, parfois à reculons si nécessaire. La représentation visuelle suivante illustre les étapes utilisées dans le processus de la réflexion conceptuelle :

Image partagée avec la permission de Edmonton Public Schools

Les étapes de la réflexion conceptuelle

L’empathie

Au cours de l’étape de l’empathie, les élèves effectuent des recherches, des entrevues, des observations, des enquêtes, et utilisent tous les moyens appropriés pour recueillir de l’information. L’empathie est au cœur de la réflexion conceptuelle, et elle se prête bien à la classe de langue seconde. L’apprentissage d’une autre langue et la découverte d’autres cultures mènent généralement à une vision différente du monde. Il n’est pas rare que la classe de langue seconde soit la première occasion pour les élèves d’apprendre ce qu’est l’empathie. C’est également une excellente occasion pour les élèves de discuter de différentes perspectives dans la langue seconde. Les enseignants peuvent aider en fournissant des amorces de phrases afin que les élèves puissent participer à des conversations authentiques dans la langue cible.

La compréhension

Demander aux élèves d’exprimer clairement leur compréhension du défi et de ce qu’ils doivent concevoir est une étape importante du processus. Une compréhension claire de la tâche, des critères de réussite et des contraintes guidera les élèves dans la génération d’idées au cours de l’étape d’idéation. Les élèves combinent les informations recueillies à l’étape de l’empathie avec d’autres données qu’ils observent pour effectuer des inférences à l’étape suivante.

L’idéation

L’objectif de l’étape de l’idéation est d’explorer un vaste espace de solutions – à la fois une grande quantité d’idées et une diversité d’idées. Les élèves génèrent autant d’idées que possible et visent à produire des variantes de conception radicale. Soutenez les élèves en leur fournissant des exemples d’amorces de phrases pour articuler leurs idées, ainsi que des stratégies pour trouver du vocabulaire inconnu dans la langue cible. Insistez sur le fait que toutes les idées sont bonnes parce que nous ne savons pas où elles mèneront. Demandez aux élèves de considérer les cultures de la langue cible. Comment une jeune personne vivant dans l’une de ces cultures recevrait-elle leurs idées ? L’idéation est un mode d’expansion plutôt que de focalisation de la pensée. Demandez aux élèves de scinder l’énoncé de conception en plusieurs questions ou segments « Comment pourrions-nous…? » et d’élaborer des réflexions directrices pour générer des idées. Encouragez-les à penser de manière créative, peut-être au-delà du champ des possibles de leur point de vue.

Le prototypage

Les élèves peuvent désormais utiliser leur vaste répertoire d’idées pour construire des prototypes à tester auprès des utilisateurs. Le prototypage est quelque chose que les élèves font régulièrement, mais nous appelons cela des ébauches ou des devoirs. Lorsque les élèves élaborent un prototype pour leur idée :

  • ils prennent un risque faible pour expliquer leur concept;
  • ils testent et prouvent leurs idées;
  • ils innovent au fur et à mesure.

Pensez à utiliser des matériaux facilement disponibles pour les premiers prototypes. Les élèves apprennent par essais et erreurs, de sorte que l’utilisation de matériaux recyclés, gratuits ou peu coûteux à l’étape du prototypage permet de minimiser le sentiment d’échec. Mettre l’accent sur la contrainte de temps tout au long du processus aide les élèves à acquérir des compétences en gestion du temps. Cela les mobilise également en générant des conversations authentiques sur l’utilisation du temps en dehors du cadre de la classe.

Cette étape est également l’occasion de faire appel à des experts de la communauté. Il existe probablement de nombreux membres de la communauté de la langue seconde qui peuvent aider les élèves avec leur prototype, et c’est une autre façon de démontrer à votre classe que la langue cible est vivante à l’extérieur de la classe. N’oubliez pas de respecter les protocoles de votre école concernant les conférenciers invités.

Le test

Prévoir du temps pour que les élèves partagent leur prototype afin d’obtenir des rétroactions est peut-être l’étape la plus importante de la réflexion conceptuelle. Il est essentiel de favoriser un état d’esprit de croissance et d’encourager les élèves à rechercher activement des critiques constructives leur permettant d’améliorer leur prototype. Mettez l’accent sur la communication, en accordant moins d’importance à la précision, et fournissez de l’étayage pour que les conversations de rétroaction puissent être menées entièrement dans la langue cible. La tenue de ces conversations dans la langue cible est un moyen efficace d’engager les élèves avec un vocabulaire et des expressions authentiques qui dépassent le cadre de la classe. Voici quelques exemples d’amorces de phrases dans la langue cible que vous pouvez envisager de fournir à vos élèves:

  • J’aime…
  • Je souhaite…
  • Je me demande…

Conclusion

La réflexion conceptuelle peut motiver l’engagement des élèves dans une tâche de la vie réelle ancrée dans une langue authentique. Chacun des élèves peut avoir son propre ensemble de compétences qui conviennent à différentes étapes du processus, et les interactions qui en découlent sont des éléments importants du processus de la réflexion conceptuelle qui peuvent conduire à de nouvelles idées et à une utilisation authentique de la langue cible.

La réflexion conceptuelle demande aux élèves de faire preuve d’empathie en posant des questions, en observant et en effectuant des recherches, ce qui peut contribuer à l’apprentissage de différentes cultures dans la classe de langue seconde. Les élèves apprécieront la liberté créative et la flexibilité qu’offre la réflexion conceptuelle, et l’éventail des idées qu’ils peuvent générer pour le mieux-être d’autrui vous impressionnera.

Approfondissez votre compréhension de la réflexion conceptuelle et de la classe de langue seconde en visionnant le webinaire de Ron Sperling dans le Centre d’apprentissage de l’ACPLS.

Partager

Devenir membre

L’ACPLS soutient ses membres en créant des occasions de perfectionnement professionnel, en entreprenant des recherches et en diffusant les résultats de ces travaux, et en facilitant l’échange d’informations et d’idées entre les enseignants de langues. Les adhésions commencent à seulement 45 $ par année!

Comparez les catégories d’adhésion Inscrivez-vous dès aujourd’hui