Introduction

L’approche neurolinguistique (ANL), un nouveau paradigme pour l’apprentissage et l’enseignement des langues, a été conçue par Joan Netten, Ph. D. (professeure retraitée de l’Université Memorial, Terre-Neuve-et-Labrador) et Claude Germain, Ph. D. (professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal).

Présentés en 2010 et expliqués dans un article paru en 2012 (Netten et Germain, 2012), les fondements de l’approche découlent des recherches entreprises par les auteurs pour expliquer le succès du français intensif. Ce programme expérimental, mis en place à Terre-Neuve-et-Labrador en 1998 pour trois ans dans un premier temps, a été impulsé par des enseignants de français de base (Core French; dans d’autres provinces, parfois appelé Basic French) qui souhaitaient que les élèves inscrits à ce programme puissent réussir à communiquer spontanément en français à la fin de leur parcours scolaire, soit en 12e année.

Comme on le sait, le français est d’une grande importance partout au Canada du fait qu’il s’agit d’une des langues officielles du pays. Étant donné que la plupart des élèves ne peuvent pas suivre un programme d’immersion, il en découle qu’une majorité d’élèves n’avaient pas et n’ont toujours pas l’occasion d’atteindre ce niveau de communication, comme l’attestent les résultats d’entretiens de compétence orale, notamment dans les recherches de Harley et ses collaborateurs (1991) et d’Ellis (1997).

Ayant consulté des recherches en neurolinguistique, en particulier celle de Paradis (2004), ainsi que dans d’autres domaines, Netten et Germain (2012) en sont arrivés à formuler les principes de ce qu’on appellerait l’« approche neurolinguistique ».

Les principes

L’ANL compte cinq principes qui ont des retombées importantes sur la pédagogie des langues secondes :

  1. La construction d’une grammaire interne (c’est-à-dire une intuition langagière, comme celle que les enfants construisent dans la langue dominante);
  2. La pédagogie axée sur le développement de la littératie (la littératie est perçue comme l’habileté d’utiliser la langue pour communiquer, que ce soit par des mots, des symboles, des illustrations ou toute autre forme de représentation);
  3. La pédagogie axée sur le projet (pour motiver l’engagement cognitif de l’apprenant);
  4. L’authenticité (basée sur le vécu de l’apprenant);
  5. L’interaction (pour motiver les apprenants et leur offrir des situations de communication authentiques; c’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en parlant qu’on devient locuteur).

L’application

Depuis 2010, l’ANL est appliquée dans plusieurs contextes : milieu scolaire, milieu adultes, milieu universitaire, milieu adultes immigrants scolarisés ou non scolarisés, et ce, dans plusieurs pays : Belgique, Brésil, Canada, Chine, France, Iran, Mexique, Taïwan et autres.

L’approche est appliquée dans des programmes intensifs (par exemple, immersion, cours pour adultes de 15 à 20 heures par semaine) et dans des programmes que certains à l’international appellent extensifs (c’est-à-dire de moins de 15 heures par semaine). Les langues suivantes font l’objet d’apprentissage et d’enseignement sur la base de l’ANL : l’anglais, l’espagnol, le français, le japonais, le portugais et plusieurs langues autochtones au Canada.

Des formations à l’ANL sont offertes par des facilitatrices et facilitateurs agréés. L’ACPLS offre également un cours introductif sur l’ANL dans le Centre d’apprentissage.

Références

Ellis, R. (1997). SLA Research and Language Teaching. Oxford, R.-U. : Oxford University Press.

Harley, B., Hart, D., Lapkin, S., & Scane, J. (1991). Baseline Data for OAC Performance in Core French. Texte inédit, Institut d’études pédagogiques de l’Ontario, Centre des langues modernes, Université de Toronto, Canada.

Netten, J., & Germain, C. (2012). A new paradigm for the learning of a second or foreign language: The neurolinguistic approach. Neuroeducation, 1(1), 85-114. https://static1.squarespace.com/static/588f9e13e6f2e1fa1d514fe7/t/5a2564b7e2c4830aaacbda8c/1512400056323/001-001-004_Netten_FINAL_DOI.pdf

Netten, J., & Germain, C. (2012). Un nouveau paradigme pour l’apprentissage d’une langue seconde ou étrangère : l’approche neurolinguistique. Traduction par les auteurs de l’article paru en anglais dans la revue Neuroeducation. https://francaisintensif.ca/wp-content/uploads/2020/11/Document-6-Netten-et-Germain-Un-nouveau-paradigme-ANL.pdf

Paradis, M. (2004). A Neurolinguistic Theory of Bilingualism. Amsterdam/Philadelphie : John Benjamins Publishing.

 

VOIR TOUS DANS LA SALLE DE CLASSE

Devenir membre

L’ACPLS soutient ses membres en créant des occasions de perfectionnement professionnel, en entreprenant des recherches et en diffusant les résultats de ces travaux, et en facilitant l’échange d’informations et d’idées entre les enseignants de langues. Les adhésions commencent à seulement 45 $ par année!

Comparez les catégories d’adhésion Inscrivez-vous dès aujourd’hui