Les langues façonnent le plurilinguismeL’apprentissage de langues secondes confère des bénéfices considérables, mais dans quelle mesure? Examinons dans ce huitième article, inspiré des conclusions de la Revue de la littérature sur l’impact de l’apprentissage de langues secondes (2017), comment l’apprentissage d’une langue seconde peut faciliter l’apprentissage de langues additionnelles.

Les apprenants de langues additionnelles

Contrairement à la croyance populaire, l’apprentissage d’une langue additionnelle ne nuit pas au développement langagier global des enfants. Dans les faits, la recherche sur l’acquisition d’une langue a révélé que les locuteurs multilingues ont plus de facilité à apprendre des langues additionnelles en raison de leur aptitude accrue à l’apprentissage des langues.

Par exemple, une étude menée à l’Université de Haïfa en Israël (University of Haifa, 2011) a comparé le degré de facilité avec lequel deux groupes d’étudiants ont appris l’anglais langue étrangère : le premier groupe était composé de locuteurs unilingues de l’hébreu comme langue première, et le deuxième groupe était constitué de locuteurs multilingues du russe comme langue première et de l’hébreu comme langue seconde. Les chercheurs ont constaté que le groupe d’étudiants multilingues avait une compétence supérieure en hébreu et en anglais, comparativement aux locuteurs natifs unilingues de l’hébreu. Les chercheurs ont conclu que « l’acquisition d’une langue maternelle et sa préservation dans un environnement bilingue ne se font pas aux dépens de l’apprentissage d’une langue seconde ».

Une étude similaire de Tremblay (2006) a appuyé ces constatations. Tremblay a constaté que les locuteurs natifs de l’anglais ayant une compétence élevée en français langue seconde ont obtenu de meilleurs résultats dans l’apprentissage de l’allemand comme troisième langue que ceux ayant une compétence plus faible en français langue seconde.

En conclusion, la recherche a démontré que le fait de parler des langues additionnelles est plus susceptible d’avoir une incidence significative sur le processus d’acquisition de langues additionnelles (Hammarberg, 2001).

Bibliographie

Abu-Rabia, S., & Sanitsky, E. (2010). Advantages of bilinguals over monolinguals in learning a third language. Bilingual Research Journal, 33(2), 173-199. https://www.researchgate.net/publication/274070300_Advantages_of_bilinguuals_over_Monolinguals

Hammarberg, B. (2001). Roles of L1 and L2 in L3 production and acquisition. Dans J. Cenoz, B. Hufeisen & U. Jessner (dir.), Cross-linguistic Influence in Third Language Acquisition: Psycholinguistic Perspectives (p. 21-41). Multilingual Matters LTD. http://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:178594/FULLTEXT01.pdf

Tremblay, M. (2006). Cross-linguistic influence in third language acquisition: The role of L2 proficiency and L2 exposure. Cahiers linguistiques d’Ottawa/Ottawa Papers in Linguistics, 34(janvier/février), 109-119. http://aix1.uottawa.ca/~clo/Tremblay.pdf

University of Haifa (2011, 1er février). Bilinguals find it easier to learn a third language. ScienceDaily. www.sciencedaily.com/releases/2011/02/110201110915.htm

Scroll to top