L’apprentissage des langues est pour tousL’apprentissage de langues secondes confère des bénéfices considérables, mais dans quelle mesure? Examinons dans ce septième article, inspiré des conclusions de la Revue de la littérature sur l’impact de l’apprentissage de langues secondes (2017), portant sur les élèves ayant des besoins exceptionnels et l’apprentissage de langues secondes.

L’apprentissage des langues est pour tous les apprenants

La recherche suggère que l’apprentissage de deux langues peut en fait être bénéfique aux élèves ayant des besoins exceptionnels en matière d’éducation (O’Brien et al., 2017).

Les élèves ayant des besoins exceptionnels réussissent souvent dans les programmes linguistiques parce que leurs difficultés ne sont pas toujours reliées à l’apprentissage des langues (Ontario Ministry of Education, 2015). En outre, les élèves qui ont des difficultés avec le langage réceptif ou productif peuvent tirer profit de l’apprentissage d’une langue seconde s’ils reçoivent un soutien approprié. La recherche a confirmé que le succès dans la classe de langue est fonction de la pédagogie. Les défis relatifs à l’apprentissage des langues pour les élèves ayant des besoins exceptionnels ne sont pas nécessairement plus importants que pour d’autres enfants (Virginia Department of Education, 2017).

Le bilinguisme favorise le développement du langage

Les enfants bilingues présentent-ils un retard additionnel sur le plan du développement du langage comparativement à leurs pairs unilingues? Une étude a indiqué qu’il n’y avait aucune différence en matière de compétence langagière dans la langue dominante ou la langue seconde. Plus précisément, aucun retard linguistique n’a été révélé chez les enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme qui ont été exposés au bilinguisme, ce qui suggère que le bilinguisme n’entrave pas le développement du langage (Hambly & Fombonne, 2012).

Dans une autre étude, les chercheurs ont investigué si des enfants italophones atteints de dyslexie ont des difficultés à apprendre ou à lire des mots dans une langue seconde, dans le cas présent, l’anglais. En général, ceux-ci semblent assimiler les règles de prononciation en anglais aussi rapidement que les autres enfants. Leurs difficultés sont souvent similaires à celles que vivent les enfants non atteints de dyslexie (Palladino, Bellagamba, Ferrari & Cornoldi, 2013).

Des apprenants de l’anglais hispanophones en 1re année qui ont été reconnus à risque de problèmes en lecture ont aussi été étudiés. Les chercheurs ont découvert qu’une vaste intervention précoce en lecture les aide à rattraper leurs pairs sans qu’un enseignement spécial soit requis (Linan-Thompson, Vaughn, Prater & Cirino, 2006).

Essentiellement, les élèves ayant des besoins exceptionnels qui apprennent une nouvelle langue peuvent connaître une amélioration au lieu d’un retard dans leur développement du langage. Leurs défis en matière d’apprentissage des langues ne présentent souvent pas de différences significatives comparativement à ceux d’autres enfants, alors les méthodes employées pour l’enseignement de langues secondes aux élèves ayant des besoins exceptionnels en matière d’éducation peuvent en fait être profitables pour tous les élèves.

Bibliographie

Hambly, C., & Fombonne, E. (2012). « The impact of bilingual environments on language development in children with autism spectrum disorders ». Journal of Autism and Developmental Disorders, 42(7), 1342-1352. https://doi.org/10.1007/s10803-011-1365-z

Linan-Thompson, S., Vaughn, S., Prater, K., & Cirino, P. T. (2006). « The response to intervention of English language learners at risk for reading problems ». Journal of Learning Disabilities39(5), 390-398. https://doi.org/10.1177/00222194060390050201

O’Brien, M. G., Bajt, A., Lee, J. E., Lisanik, M., Pletnyova, A., & Reyes, S. (2017, mars). Literature Review on the Impact of Second-Language Learning. Ottawa, ON : ACPLS. https://www.caslt.org/files/media/news/Lit-review-Impact-L2-Learning.pdf

Ontario Ministry of Education (2015). Including Students with Special Education Needs in French as a Second Language Programs : A Guide for Ontario Schools. Toronto, ON : Queen’s Printer for Ontario. http://www.ldatschool.ca/wp-content/uploads/2017/05/includingFLS2015.pdf

Palladino, P., Bellagamba, I., Ferrari, M., & Cornoldi, C. (2013). « Italian children with dyslexia are also poor in reading English words, but accurate in reading English pseudowords ». Dyslexia19(3), 165-177. https://doi.org/10.1002/dys.1456

Virginia Department of Education (2017). Supporting World Language Learning for Students with Disabilities. Richmond, VA : Office of Special Education Instructional Services and the Office of Humanities and Early Childhood, Virginia Department of Education. http://www.doe.virginia.gov/instruction/foreign_language/resources/world-language-swd.pdf

Scroll to top