Écrit par Rochelle Guida et Roswita Dressler

Notre recherche

À l’automne 2021, l’ACPLS a commandé une étude en vue d’explorer les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les enseignants de L2 au Canada et leur pratique. Les participants ont été invités à remplir un sondage en ligne et à participer à un groupe de discussion virtuel. En répondant à des questions sur la littératie et la technologie numériques, les enseignants ont partagé diverses expériences et stratégies en communication orale qu’ils ont utilisées entre mars 2020 et juin 2021.

Les défis de la communication orale

La communication orale est importante dans l’apprentissage de L2. On le sait que l’oral, c’est important, en langues secondes. Puis on le répète tout le temps, mais […] même si on le sait […] on a tendance à passer plus aux travaux écrits […] quand, dans le fond, l’oral est la base de tout. Alors le fait d’être en ligne, on a réalisé l’impact de ne pas avoir assez d’oral […] je pense que si c’était une tâche qui était plus authentique, naturelle pour l’élève [ou quelque] chose qui peut avoir un lien, c’était plus facile d’aller chercher la motivation. Je pense que ça, c’est devenu évident, peut-être plus à travers cet enseignement pendant la pandémie.

Comme l’affirme cet enseignant, la communication orale est la pierre angulaire de l’enseignement en L2. Pendant la pandémie, cependant, la communication orale a été perturbée par l’enseignement d’urgence à distance et les protocoles sanitaires à appliquer durant l’enseignement en personne. Ce défi était présent à l’esprit de nombreux participants, y compris l’un d’eux qui a déclaré que veiller à ce que les élèves aient une pratique orale adéquate représentait leur plus grand défi pédagogique.

Un autre enseignant a signalé: « Quand on est rentrés à l’école, les élèves ont encore de la misère […] à s’adresser à moi en français […] ils ont eu tout l’été sans français, ils ont eu deux semaines en classe, ils ont eu cinq à six semaines à la maison. Puis là, ça fait une semaine, deux semaines qu’on est revenus. »

De nombreux enseignants et élèves ne se sentaient pas préparés à la transition vers la classe en ligne. En raison d’un manque de formation, certains enseignants ont eu des difficultés à faciliter les échanges et à encourager la communication orale dans les salles de discussion, même « pendant les trois mois entiers » de la première vague. Les élèves nouvellement arrivés au Canada ont éprouvé d’importantes difficultés d’apprentissage avec « divers outils et plateformes technologiques […] à travers un écran d’ordinateur avec des compétences limitées en anglais ».

Pour remédier aux difficultés en communication orale, les enseignants ont organisé des discussions de groupe en ligne. Ils ont souvent remarqué que les élèves avaient du mal à participer en raison de leur manque de familiarité avec les outils technologiques :

Il y a beaucoup d’activités [en ligne] que nous ne pouvons pas faire non plus, incluant les activités en groupes. Même s’il y a des moyens [de pratiquer l’oral], les élèves ne sont pas familiers avec l’utilisation de ces méthodes et le temps est gaspillé en essayant de le mettre en pratique. On a du mal à soutenir un-à-un ou à aider ceux/celles qui tombent en arrière puisqu’on ne les voit pas physiquement et leur caméra est fermée.

Les succès et les innovations en communication orale

Alors que les protocoles liés à la pandémie ont considérablement réduit la taille des classes, les enseignants ont fait état d’« une situation idéale » pour expérimenter « différentes activités orales » et des outils de communication en ligne afin d’« accroître l’engagement ». Google Read and Write a été utilisé pour différencier l’enseignement et améliorer les compétences en lecture et en écriture. Flipgrid a été utilisé pour les enregistrements des élèves « pour l’évaluation orale/les réponses quotidiennes ». Un enseignant a déclaré que Flipgrid « m’a permis de les entendre plus clairement et d’obtenir des réponses de certains élèves qui ne prennent habituellement pas la parole ».

D’autres enseignants ont tiré profit des salles de discussion sur Zoom. L’un d’entre eux a réparti les élèves dans des salles de discussion plus petites que le grand groupe « pour encourager la participation ». Certains ont indiqué que les salles de discussion étaient utilisées pour « évaluer les compétences orales » et « organiser des vidéoconférences avec les élèves ». Un professeur a écrit ceci concernant la façon dont sa séance de salles de discussion a été organisée:

[Pour] la pratique de la conversation, j’avais une oreille géante pour montrer que j’étais une mouche sur le mur. Ils ont dit que c’était leur partie préférée des réunions sur Zoom. En dehors de la pratique de la conversation, ils se sentaient reliés et ont profité de ce temps pour relever des défis et consulter des mini-tutoriels pendant le temps de classe.

Les enseignants ont fait des efforts constants pour créer des environnements d’apprentissage accueillants en ligne. Certains élèves se sont empressés d’envoyer des « vidéos de leur travail oral » et d’autres ont participé à des appels vidéo pour des « tests oraux » en cas d’absence lors de la leçon. En outre, certains élèves des communautés rurales ont soumis des « activités orales » par téléphone pour surmonter les problèmes liés à Internet.

Ces stratégies de communication orale illustrent la résilience dont les enseignants ont fait preuve pour traverser la pandémie de COVID-19. Allant de l’avant après la pandémie, certains enseignants ont dit souhaiter avoir accès à des stratégies d’apprentissage oral additionnelles pour les contextes en ligne. D’autres ont demandé des « stratégies à faible technicité et de grande efficacité auxquelles recourir » en cas de futurs problèmes de connectivité, afin de réduire le nombre d’élèves présentant des difficultés d’apprentissage importantes.

Une histoire de réussite personnelle

En tant qu’enseignante aux prises avec des défis de communication orale pendant la pandémie, Rochelle a développé une solution créative pour ses élèves apprenant l’italien. À la recherche d’une expérience virtuelle en Italie, elle a découvert un voyagiste italien en ligne fondé par la Dre Anna Piperato. Elle a organisé un voyage virtuel à Sienne pour sa classe au début du mois de décembre 2020.

À ce moment, Rochelle enseignait de manière bimodale – à la fois en face-à-face avec les élèves à l’école et simultanément avec les élèves en ligne. Pour préparer les élèves à cette journée spéciale, Anna leur a envoyé une présentation PowerPoint sur la ville de Sienne, avec des points de repère et du vocabulaire importants. Que ce soit en classe ou en ligne, les élèves devaient participer oralement. Ils ont également été invités à utiliser la fonction de clavardage.

Une excursion virtuelle à Sienne avec la Dre Anna Piperato.
Une excursion virtuelle à Sienne avec la Dre Anna Piperato.

Des énoncés de niveau débutant aux conversations avancées utilisant le subjonctif, Rochelle a été agréablement surprise de voir ses élèves aussi engagés. L’excursion virtuelle leur a offert des occasions signifiantes de communiquer avec un locuteur natif et de s’immerger dans la culture italienne. L’expérience a également apporté de l’énergie positive et de la lumière dans l’obscurité du COVID-19 puisqu’elle a redonné espoir en un avenir normal.

Autres suggestions

Voici d’autres idées pour promouvoir la communication orale en L2 en ligne:

  • Utiliser des salles de discussion pour créer de plus petits groupes de discussion ou modifier l’horaire pour rencontrer de petits groupes (pas plus de huit élèves à la fois) plutôt que le grand groupe.
  • Préparer un document d’expression orale comportant des énoncés et des expressions populaires (p. ex., mots de remplissage, expression d’opinions) pour toutes les discussions en ligne.
  • Organiser des discussions sur des sujets stimulants (p. ex., débats sur le port du masque, futurs objectifs linguistiques, réactions aux nouvelles, etc.). Voici une leçon de Rochelle pour le français de base en 10e année: Notre avenir après le coronavirus.
  • Continuer à utiliser les dialogues dans les classes virtuelles. Voici un travail d’entrevue de Rochelle pour la classe d’italien en 10e année: Intervista con un collega di classe.

Nous espérons que vous avez trouvé de l’inspiration en découvrant ces expériences et ces stratégies d’enseignants de L2 au Canada relatives à la communication orale en ligne.

Partager

Devenir membre

L’ACPLS soutient ses membres en créant des occasions de perfectionnement professionnel, en entreprenant des recherches et en diffusant les résultats de ces travaux, et en facilitant l’échange d’informations et d’idées entre les enseignants de langues. Les adhésions commencent à seulement 45 $ par année!

Comparez les catégories d’adhésion Inscrivez-vous dès aujourd’hui